4ᵉ plan autisme : les principales mesures

Engagements financiers

 

Le 4ᵉ plan comprendra une enveloppe de 344 millions d’euros sur cinq ans (2018-2022) pour améliorer la recherche, le dépistage et la prise en charge de l’autisme, contre 205 millions pour le plan précédent (2013-2017).

 

Quand ce troisième plan était centré sur la création de places, dont 1 500 vont encore ouvrir entre 2018 et 2020 avec 53 millions d’euros de reliquat de crédits, les priorités de la nouvelle stratégie sont d’intervenir plus précocement chez le jeune enfant et de mieux inclure enfants et adultes dans la société, contre une “logique d’enfermement”.

 

Un diagnostic plus précoce

 

Un “forfait intervention précoce” va être créé à partir du 1er janvier 2019. Actuellement, avant que le diagnostic de l’autisme ne soit confirmé chez un enfant, le recours à des professionnels comme des psychomotriciens ou des ergothérapeutes n’est pas pris en charge par la Sécurité sociale. Le reste à charge des familles sera désormais pris en charge, pour un montant qui devrait atteindre 90 millions d’euros par an en 2022.

 

Lors des examens médicaux obligatoires à 9 mois et 24 mois, les médecins devront “vérifier le minimum” et alerter sur un trouble psycho-autistique.

 

Aujourd’hui, 45 % des diagnostics concernent des enfants et des adolescents entre 6 et 16 ans. “Trop tard”, souligne le gouvernement.

 

Repérés très tôt, et avec un accompagnement précoce et intense, les écarts de développement peuvent être rattrapés dans certains cas, ou l’aggravation du handicap limitée. Au total, ce volet est doté de 106 millions d’euros.

 

Scolarisation

 

Actuellement, 30 % des enfants autistes (environ 8.000 naissances par an) sont scolarisés en maternelle, deux jours ou moins par semaine.

 

L’objectif est d’atteindre 100 % en maternelle pour la classe d’âge née en 2018, qui entrera à l’école, désormais obligatoire à 3 ans, en 2021.

 

Le gouvernement prévoit notamment de “tripler” le nombre de places en Unités d’enseignement en maternelle (UEM), des petites classes destinées aux enfants ayant besoin d’un soutien renforcé. L’objectif est d’y porter le nombre d’enfants accueillis à 2 100.

 

Une centaine de postes d’enseignants spécialisés sur l’autisme seront créés pour soutenir ceux qui ont des élèves autistes dans leurs classes. La scolarisation en primaire (40 % des autistes actuellement) et au collège-lycée sera également renforcée via les Unités localisées pour l’inclusion scolaire (Ulis). Ce volet est doté de 103 millions d’euros.

 

Moins d’hôpital psychiatrique

 

Quelque 600 000 adultes français, soit une personne sur 100, seraient autistes. Mais seulement 75.000 sont diagnostiqués.

 

Du fait du manque de places dans des structures adaptées, mais aussi de cette carence de diagnostic, trop d’autistes sont aujourd’hui en long séjour en hôpital psychiatrique.

 

L’objectif, c’est qu’il n’y ait plus d’hospitalisation de longue durée en matière d’autisme qui soit présente à l’issue de la stratégie” en 2022, selon Matignon.

 

Un plan national de repérage et de diagnostic des adultes en établissements de santé et médico-sociaux va être lancé. Pour les adultes autonomes, des colocations en logement social et l’accès aux “logements accompagnés” seront ouverts. Ce volet est doté de 115 millions d’euros.

 

Repérage des adultes

 

Des mesures sont prévues pour le repérage des adultes ayant des troubles autistiques, afin de pouvoir adapter leur prise en charge et leur accompagnement, vers l’emploi notamment.

 

Les crédits destinés au dispositif d’emploi accompagné seront ainsi doublés, dans l’objectif de faciliter leur insertion professionnelle.

 

Des professionnels mieux formés

 

Afin que les recommandations de bonnes pratiques de la Haute autorité de Santé (HAS) soient mieux connues et appliquées, des mesures sont prévues pour la formation initiale et continue des professionnels de santé et travailleurs sociaux car “tous les professionnels ne sont pas encore au niveau des meilleures pratiques”, selon le gouvernement

 

Aide aux familles

 

Le gouvernement veut créer une “plate-forme de répit” par département. Ces structures permettront des gardes temporaires (quelques heures ou jours) des enfants ou des adultes autistes, afin que leurs familles puissent se reposer ou partir en vacances. Ce volet est doté de six millions d’euros

 

Valoriser la recherche

 

L’exécutif entend également développer la recherche sur les troubles neuro-développementaux, pour « remettre la science au cœur de la politique de l’autisme ». Un budget de 14 millions d’euros est prévu.

 

Dany Lemoine


Ce contenu vous a interressé ?
pensez aux autres, partager le sur vos réseaux sociaux préférés :


Post to Twitter Post to Plurk Post to Bebo Post to Yahoo Buzz Post to Delicious Post to Digg Post to Diigo Post to Facebook Post to FriendFeed Post to Google Buzz Send Gmail Post to LinkedIn Mixx This Post Post to MySpace Post to Ping.fm Post to Reddit Post to Slashdot Post to Squidoo Post to StumbleUpon Post to Technorati

10 Avr 2018 | Publié dans Faire savoir
Etiquettes:
Les commentaires sont fermés.
Réduire la taille du texte Revenir à la taille initiale du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Expédier cet article par messagerie (en PopUp) Site certifié valide CSS niveau 3 Site certifié valide xHtml 1.1
Réduire la taille du texte Revenir à la taille initiale du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Expédier cet article par messagerie (en PopUp) Site certifié valide CSS niveau 3 Site certifié valide xHtml 1.1

Twitter links powered by Tweet This v1.8.3, a WordPress plugin for Twitter.