Blue Flower

Comme chaque année lors de la rentrée scolaire

Et après les propos rassurants du gouvernement, le constat est simple : « l’école ouverte à tous les Français est bien loin de la réalité ».

Et comme à chaque rentrée scolaire, le manque de moyens humains et financiers est pointé du doigt.

La secrétaire d’État chargée des personnes handicapées, Sophie Cluzel, a affirmé que les pouvoirs publics avaient essayé «  d’anticiper au maximum  », plusieurs mois avant cette rentrée 2018, les besoins d’accompagnants à l’école. Mais, et cela peut se comprendre, il pourrait y avoir quelques couacs.

Ainsi, 3584 postes supplémentaires d’accompagnants d’enfant en situation de handicap (AESH) en équivalent temps plein ont été créés cette année, a-t-elle souligné, avec des recrutements qui se poursuivront au-delà de la rentrée de septembre.

 

Selon Sophie Cluzel, c’est près de 340 000 élèves en situation de handicap qui sont attendus pour cette rentrée 2018, soit 6 % de plus qu’en 2017. Parmi eux, 175 000 ont besoin d’un accompagnement, soit 13 % de plus que l’an dernier.

Pourtant, le constat est amer. Des milliers d’élèves en situation de handicap n’ont aucune solution de scolarisation, ou, doivent se contenter d’un temps faible d’école.

 

Madame la secrétaire d’État chargée des personnes handicapées a même indiqué qu’une ligne téléphonique non surtaxée avait été mise en place (0800 730 123) pour recenser les situations problématiques, et les parents « ne doivent pas hésiter à tirer la sonnette d’alarme », a-t-elle encore dit.

 

 

C’est bien, mai peut mieux faire…beaucoup mieux même…