Blue Flower

La Fédération des établissements de reconversion professionnelle a souhaité se focaliser sur l'accompagnement d'un public qui lui a récemment été dédié :

les jeunes en situation de handicap. Cette nouvelle offre de service nécessite de former intégralement la posture professionnelle de ses actifs uniques.

La Fédération des établissements de reconversion professionnelle s'est réunie les 8 et 9 octobre.

Auparavant, un décret avait été publié concernant l'activité des centres de reconversion professionnelle (CRP) et les centres de pré-orientation (CPO) les transformant respectivement en établissements et services de réadaptation professionnelle (ESRP) et établissements et services de préorientation (Espo).

Extrait du Journal officiel

Une nouveauté du texte a été mise à l'honneur lors des journées d'études : l'accompagnement des jeunes en situation de handicap. En effet, si certains CRP et CPO ont déjà reçu des moins de 25 ans, la légitimité de leur présence dans ces structures faisait débat tant l'offre de services était plus destinée à des publics avec déjà un passé professionnel. Le nouveau décret ouvre donc les ESRP et Espo à toute personne âgée d'au moins 16 ans.

Lors de ces journées, les intervenants se sont appliqués à mettre en lumière les particularités d'un tel public. L'une des grandes spécificités des jeunes en situation de handicap, c'est que bien souvent ils n'ont pas eu de vie professionnelle antérieure. Comme le suggère le terme réadaptation, les ESRP ont plutôt eu l'habitude d'accompagner les parcours de personnes qui pour une raison ou une autre (accident du travail, décompensation, aggravation de l'état de santé...) doivent rebâtir un projet professionnel en cours de carrière. Les jeunes ont donc besoin de certains apprentissages supplémentaires. Le cadre d'un établissement de reconversion est donc beaucoup plus responsabilisant que les instituts médico-éducatifs (IME) ou le milieu scolaire ordinaire dont les jeunes peuvent être issus.


Problème du logement
Se posent également certaines questions concrètes concernant la rémunération des stagiaires mineurs et surtout leur hébergement. En effet, les ESRP et Espo proposent fréquemment une offre d'hospitalité à destination des bénéficiaires afin de simplifier l'articulation de la formation et de la vie courante. Or héberger des mineurs demande une infrastructure plus complexe que pour les majeurs. Cette question est particulièrement plus cruciale pour les secteurs géographiques où l'offre professionnelle n'est pas pléthorique et où la densité de l'habitat peut rendre la prise en charge dans un établissement donné presque impossible sans l'offre d'hébergement adéquate.

L'enjeu pour les jeunes en situation de handicap est aussi de leur offrir un parcours fluide. Leur double statut de jeune et de personne en situation de handicap peut les rendre éligibles à différentes structures. Loin de donner le maillage plus effectif, cette multiplication des acteurs peut rendre la situation du jeune illisible. Pour les personnes et leurs familles, c'est un véritable casse-tête de comprendre qui fait quoi !

En matière de formation et d'insertion professionnelle des jeunes, les missions locales sont censées être en charge du pilotage au niveau du territoire.